Site de l'écrivain Solange Graff-Triguel

Solange Graff-Triguel.net46.net

Retour

Extrait 4

guillemet

Pendant ce temps, à la pensée que son oncle était mis au courant de l'épisode dramatique de la veille, Jean-Eudes était encore plus nerveux. Soudain, alors que l'équidé était en pleine course, une voiture cachée derrière les buissons surgit brusquement devant lui. Surpris, Sultan alors se braqua obligeant le cavalier à enserrer ses flancs et tirer vigoureusement sur les rênes. Reconnaissant les occupants du véhicule, Jean-Eudes tenta de fuir, mais l'engin s'avança et lui barra le chemin. Immédiatement, deux hommes en sortirent et se précipitèrent sur lui. L'un des deux le bouscula afin de le faire chuter de sa monture. Une fois à terre, il frappa la croupe du cheval qui s'enfuit au galop, alors que son complice « l'asiatique », se chargea du cavalier et l'assaillit de coups pour la deuxième fois. Terrassé et plaqué au sol, les deux agresseurs lui ficelèrent les poignets et s'empressèrent de le transporter dans leur véhicule où le chef de bande posté à l'arrière, observant la scène, les attendait, une main posée sur le coffre relevé, prêt à le refermer dès que le jeune comte serait jeté à l'intérieur. À peine cette manœuvre terminée, non loin de cette scène, sortit de la lisière du bois, un jeune homme qui, alarmé par les cris de détresse de Jean-Eudes, s'était approché afin de lui venir en aide. Aussitôt, « l'asiatique » en fit son affaire. Afin de faire vite, il s'occupa de cette nouvelle victime avec une certaine rage. D'un coup de poing vif, il l'entraîna directement et violemment dans les buissons. Le laissant abasourdi, il rejoignit précipitamment le véhicule qui s'éloigna très rapidement. Encore à terre, à peine remis de son coup, le brave garçon tenta de relever la tête afin d'apercevoir la plaque d'immatriculation...

guillemet