Octobre-Novembre 2016

Mise en danger d’autrui
article 223-1 du Code pénale

A quelques jours de la commémoration des attentats de Paris, la dernière idée du gouvernement socialo-communiste, dont sa haine viscérale pour le peuple français n’est plus a démontrer, a aujourd’hui la volonté de lui nuire en répartissant les migrants dans tous les départements. Par ce fait, la République installe un climat délétère au lieu d’assumer son rôle protecteur. Le gouvernement met en danger le peuple français, d’une manière arbitraire, lui imposant une décision gouvernementale qui est à l’opposé d’un Etat de Droit, surtout lorsque cet Etat est déstabilisé par une guerre qui met en lumière une religion portée à son extrême et qui vient de semer la terreur sur le sol français en tuant nos concitoyens à plusieurs reprises. Répartir de cette façon ces inconnus, c’est être inconscient des dangers qui pourraient se répercuter sur les français, par le fait de leurs moeurs opposées à celles des chrétiens occidentaux.
Qui sont ces hommes venus seuls pour la plupart ? (quand on sait qu’il n’y a que 1% de Syriens et 1% d’Irakien présents sur le camps de calais, selon les ONG septembre 2016). Amis ou ennemis, pacifiques ou belliqueux, telles sont les questions que nous sommes en droit de nous poser ?
Ce que l’on sait c’est que le gouvernement est certain que beaucoup d’entre eux ont franchi nos frontières pour en découdre avec l’Européen, de par leur proximité dangereuse avec l’Islam radical! Une idéologie politico-religieuse contre laquelle aujourd’hui, sur de nombreux théâtres de guerres, nos militaires, loin de leur famille, exposent leur vie. C’est gens-là profitent-ils du chaos qu’ils ont dressé dans le monde, pour mener la terreur sur notre terre de croisés ? Nous savons que certains des terroristes sont arrivés par ce flux migratoire et ont été nourris par les associations, surtout de gauche, ainsi dressées politiquement contre leurs frères patriotes.
N’ayant aucun doute sur ce constat établi par le gouvernement, nous avons donc, et à juste titre le droit de nous interroger sur cet Etat qui a naturellement le DEVOIR de nous Protéger. Comment se fait-il qu’un Etat de droit comme la France puisse mettre en oeuvre une telle initiative envers son propre peuple après toutes ces inconnues, sans que la justice n’intervienne, alors qu’une loi nous protège contre cet acte : « Mise en danger d’autrui : Art.223-1 du code pénal ?
Cet acte arbitraire imposé par le gouvernement prouve que nous sommes bien passés d’ un ETAT DE DROIT à une DICTATURE SOCIALISTE.

Par de tels doutes, nous ne sommes pas à l’abri de crimes perpétués par ces migrants (parfois entre eux). L’Etat pourra-t-Il vraiment défendre les habitants des communes d’accueil  dans leurs maisons, dans leurs rues, dans leurs villes, alors qu’il y a un manque significatif d’effectif des forces de l’ordre ? Pourra-t-Il être partout et ce, à chaque instant, comme le sera l’immigré ? On ne peut qu’imaginer la peur que sollicite cette attitude irréfléchie pour laquelle le gouvernement soutenu par les maires, place la population française en OTAGE. Le fait que la justice ne dénonce ce délit, nous laisse perplexe, nous fragilise. Surtout rappelons au gouvernement, les crimes (viols) perpétues en Janvier dernier sur les Allemandes avec le même constat en Suède. En France, il y a peu de temps, une femme a subi les sévices d’un Africain issu de ces populations.
Cela est-il judicieux de nous placer face à d’éventuels drames : attaques, vols, intimidations, et viols sur les femmes françaises ? Aussi nous ne pouvons que nous indigner!
Comment se fait-il que l’article 223-1, ne s’applique pas et qu’on laisse le peuple français seul, face à un tel danger potentiel, surtout pour nous, les femmes ?

Faire de la politique c’est prévoir et ainsi prendre toutes les dispositions nécessaires pour protéger les personnes et les biens sur le territoire national. Si ce devoir n’est plus assuré, alors le politicien devient dangereux pour le peuple et de facto, l’article 35 de la Constitution Française du 24 juin 1793 doit s’appliquer.

Il faut « remigrer », avant qu’ il ne soit trop tard! Ces migrants, en plus d’être accueillis (parfois dans de belles demeures du patrimoine français), vont recevoir une subsistance pécuniaire allouée sans aucun retour, telle que la CAF et autres aides financières. L’Education National se positionnera ensuite pour mettre tout en oeuvre pour leur apporter l’apprentissage de notre langue et ainsi, la boucle sera bouclée. Tous ces services pourront alors mettre en application leur collaboration pour ancrer définitivement sur notre territoire, ces personnes opposées à notre culture occidentale tout en nous affaiblissant tant sur le plan financier que civilisationnel. Ces étrangers orientaux et africains n’auront plus qu’à poursuivre leur existence en se multipliant à un rythme très supérieur au nôtre et ce, avec la manne financière du travail des français et certains d’eux pourront même perpétuer leur ignominie sur notre terre en chantant avec allégresse chaque fois que des croisées se feront saigner.

Et pendant ce temps, en ce qui nous concerne, nous français ,toujours dans la même tranquillité débonnaire, le gouvernement de gauche pense au confort de la femme pour mieux l’aider à avorter, empêcher ainsi une petite vie de naître, empêcher la progéniture des françaises de procréer à leur tour pour poursuivre le lien charnel qu’elles ont avec la patrie de leurs ancêtres.
Voilà qu’aujourd’hui, une énième loi va faciliter la machine à broyer la descendance des françaises. L’Etat si généreux avec ses filles en perte de repère, a décidé de bon coeur, d’aller encore plus loin dans la facilité d’avorter, les progrès de la chimie aidant (IVG médicamenteuse), mais plus encore, en votant le « délit d’entrave », actuellement discuté dans l’hémicycle. L’Etat empêcherait ainsi ces jeunes filles en détresse de prendre connaissance d’arguments via des sites concernés, qui pourraient les dissuader d’avorter, occultant par la même occasion, la grande détresse psychologique dont ces « victimes » sont atteinte suite à cet acte contre-nature.

L’avortement deviendrait alors un acte banal, sans plus aucun obstacle qui freinerait sa promotion. L’Etat occulterait tout savoir, toutes connaissances dont ces jeunes filles auraient besoin pour analyser leur situation. L’avortement deviendrait alors un acte totalitaire ; un acte pourtant non anodin, un acte grave puisqu’il entraîne la mort de l’enfant à naître. Où va cette société si elle prône la mort plus que la vie ? Vers le déclin de notre civilisation Européenne, la mort programmée de la terre de nos ancêtres !

Depuis que ce gouvernement est en place, nous catholiques subissons, sans l’aide de l’Eglise du moins si dérisoire, ces lois contre-nature, mortifères qu’affectionnent la gauche, destructrice de la survie de notre civilisation : loi Taubira, autorisant le mariage de mêmes sexes, le droit à la GPA et la GMA, suspendu provisoirement et autres malveillances comme la loi du Genre distillée par gavage chez nos enfants, âmes innocentes.
La« Manif pour tous », qui tente par sa seule foi et son amour de la famille, de protéger les fondamentaux attaqués par les socialistes en commençant par la cellule familiale, premier maillon des fondements de notre Patrie, espère des élections présidentielles, un revirement à droite. Mais en tant que mondialistes assumés hormis M.Villiers, Mme Le Pen, M. Dupont-Aignan, les politiques de droite supprimeront-ils pour autant cette loi infâme pour mettre un arrêt définitif à ce processus inhumain et contre-nature ?
Malheureusement, de droite ou de gauche, la grande majorité travaille non pas pour la France et ses valeurs éternelles, mais pour une idéologie structurée dont le but est d’anéantir la vraie France en mettant en place depuis plusieurs années leur idéal «  Le Grand Remplacement » ! Cela en éradiquant notre civilisation occidentale-chrétienne en facilitant l’avortement aux françaises, pendant qu’une masse incontrôlée d’étrangers orientaux et africains foule notre sol et n’hésitera pas a croître et à se multiplier, aidés en cela, par un Etat généreux et par des personnes avides de voir le peuple de France se métisser jusqu’à disparaître.

Un organisme d’Etat à mené une enquête sur l’avenir de notre démographie, ses conclusions devraient absolument faire réfléchir le peuple français sur son avenir, son existence même en tant que gardien d’un héritage millénaire et chrétien devant Dieu et ses aïeux.

En 2050, en France, le français de souche sera minoritaire…

Ce contenu a été publié dans L'édito du mois, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *