Mars 2016

Un grand merci pour Monsieur de Villiers et ses proches pour avoir ramené en Terre de France, fille aînée de l’Eglise, l’anneau de Jeanne d’arc. Quel écrin merveilleux que le Puy du Fou pour cette relique appartenant à cette héroïne de l’Histoire de la France Catholique, grande figure spirituelle et militaire de la France Royale.  Cet anneau ne pouvait rêver, de nos jours, meilleure terre de résistance pour se figer dans la filiation de l’histoire de notre pays ; Jeanne, représentante parfaite de notre identité. Comme l’a prononcé si bien Monsieur Nicolas de Villiers, lors du transfert, avant qu’elle ne quitte l’Angleterre :

« C’est un morceau de France que nous ramenons, ce soir, à la maison »

A l’inauguration du 20 mars, comme d’habitude, la Famille Villiers a fait les choses en grand et comme toujours cela plait, marque les esprits et les cœurs de tous ceux qui ont dans leur chair la Grande Histoire de France et l’Amour de leur patrie. Il ne nous reste plus qu’à nous rendre au Puy du Fou pour pouvoir contempler cet anneau et communier un moment avec notre grande Sainte, Johanne, la pucelle d’Orléans.

Cette inauguration aurait pu être retransmise à la télévision afin de réunir des milliers de français avec leur Histoire ; surtout que depuis 2014, La France commémore de grandes dates : début de la Grande Guerre, les 800 ans de la naissance de notre grand Roi sanctifié, Saint-louis (Louis IX), les 800 ans de l’achèvement de la cathédrale Notre-Dame. Mais il en a fallu autrement. Quand bien même la  République n’a aucun lien temporel ni spirituel, aucune filiation sacrée avec la Grande Histoire, celle des Rois, ne pouvait-elle pas faire l’effort de ne pas ignorer cet événement de grandeur magistrale pour la France ?

Aujourd’hui, suite au retour triomphant de l’anneau sacré, l’Angleterre nous le réclame au nom du patrimoine national anglais.  Soudain, après cette liesse que cet anneau a suscitée en Vendée, ces gens-là se réveillent, alors qu’eux-mêmes ne s’en sont jamais vraiment souciés; cette relique se trouvant chez un particulier depuis plusieurs générations. Ces anglais voudraient nous reprendre notre bien national ?  L’achat par Monsieur Philippe de Villiers et ces nombreux souscripteurs, encadré par le droit, a été fait dans les règles.

« Pourquoi, Albions, nous cherches-tu querelle ? »

Cette passion de la Sainte par un grand nombre de français, accrue par une large sympathie envers  la famille Villiers a échauffé la bile de nos « ennemis » et leur jalousie pour le « Royaume de France », s’est mise en marche. Un sentiment bien connu des Anglois qui, apparemment n’a pas disparu, même après la chute de notre royauté. Un sentiment malsain vis-à-vis de la Monarchie Française ; une Monarchie catholique, juste et modérée.

J’espère que ceux qui ont fait revenir l’anneau de Jeanne d’arc sur sa terre natale, sur sa terre du devoir, ne tomberont pas sous le joug anglais. D’autre part, si, par malchance, la politique s’en mêlait, la République française pourrait s’immiscer, et au nom du principe de l’entente cordiale avec notre « partenaire britannique » et ayant, dans ses gênes, la haine de la Vraie France chevillée au corps, ce régime socialiste n’aurait aucune honte à se mettre du côté de « l’ennemi » et non du nôtre.

Ce contenu a été publié dans L'édito du mois, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *